Parvis de l'école du Prissé
Ecole du Prissé

BAYONNE (64)

Ecole maternelle et élémentaire de 8 classes (livraison septembre 2024)
[ MAITRE D'OUVRAGE ] : Ville de BAYONNE
[ ARCHITECTES MANDATAIRES ] : HIRU
[ BET VRD ] & [ PAYSAGISTES-CONCEPTEURS ] : PREMIER PLAN

LISIERES

Le projet paysager prend sa source au travers des composantes naturelles du site. Nichée entre ville et forêt, l’école du Prissé doit s’illustrer comme un projet fédérateur et exemplaire en termes de biodiversité au profit des écoliers et des résidents du quartiers. Le paysage est bâti sur deux axes forts :

  • LA NATURE AU SERVICE DE L’APPRENTISSAGE ET DU LIEN SOCIAL
  • UN NOUVEL ESPACE COLLECTIF DE BIEN ÊTRE POUR LE QUARTIER

COUR DE RECREATION RENATUREE

Pour ce projet, la cours de récréation a été repensée comme lieu d’éveil ludique autour des plantes. Pour sensibiliser de manière spontanée les enfants, les cours de récréations sont parcourues par de larges zones plantées qui chassent les revêtements minéraux. La recherche d’un équilibre entre ombre et lumière forme des espaces rythmés aux multiples possibilités d’émerveillement au côté de la nature.

EQUILIBRE DES REVETEMENTS

En complément de la zone de fraîcheur coté nord, des îlots arborés favorisent des espaces aux températures plus supportables en été. Les arbres sont regroupés par îlots afin de donner plus de poids à leurs pouvoirs rafraîchissant. Les pieds des façades sont eux aussi plantés dans le but de limiter la réverbération de la lumière sur les murs et les salles de classes.
Des longues haies végétales viennent ceinturer les cours de récréations en périphéries pour maintenir cet effet d’alcôve végétale.
Le revêtement principal des cours est poreux et peu carboné. Il est également anti-dérapant et perméable à l’eau et à l’air. Grâce à sa composition, il présente un aspect naturel et uni aux coloris clairs limitant l’effet d’albédo.
Le dessin des espaces plantés privilégie des mouvements de sols dont le nivellement évite la stagnation de l’eau sur les espaces verts et met en scène son mouvement.

UN IMAGINAIRE TOURNÉ VERS LA MONTAGNE

Les cours se composent de collines pour les plus petits et d’un mont pour les plus grands (jeux de motricité plus audacieux). Ces modelés de terre plantés forment des circulations facilitées pour les élèves et limitent le piétinement des surfaces plantées. Ils sont autant de supports de jeux et participent au développement de l’imaginaire et de la motricité.
Dans la cour maternelle, les modelés participent à la formation d’un circuit et d’une vallée de jeux. Dans la cour élémentaire, le mont des aventuriers propose différentes possibilités « d’escalade » avec des gradins ou des jeux de cordes. La descente se fait par un toboggan. Les gradins sont également utilisables dans le but de réaliser des temps éducatifs et d’apprentissage en extérieur. Le modelé se transforme ensuite en une légère dépression qui participe à diriger les eaux de pluie de la cour vers une noue principale. Ce mouvement de terre est franchissable par des traverses en bois ou par une passerelle.

Publication Ville de Bayonne

©  perspectives : mcdesign

© axonométries : premierplan

[ POLES DE COMPETENCES ]